Accueil
Index

Muscles et tissus musculaires

 

Les myocytes ou fibres musculaires
et les mécanismes cellulaires et moléculaires de leur contraction.

 

myofibr.jpg (218173 octets)

                                 Dessin original du Dct. Kristic

 

Les myocytes ou fibres musculaires sont des cellules polynucléées de très grande longueur ( environ la longueur du muscle dans lequel se trouve la fibre). 

Ces cellules sont excitables c'est à dire qu'elles sont capables sous l'effet d'une stimulation appropriée de se contracter. 

Sur le dessin de gauche, on peut observer la structure d'un myocyte (à cette échelle nous voyons en arrière plan que les hématies circulent l'un derrière l'autre dans les capillaires sanguins qui longent la fibre musculaire)

On observe aussi que le myocyte est formé de très nombreuses myofibrilles, sur lesquelles on distingue des striations régulières horizontales et verticales.

Sur la photo de droite obtenue en microscopie électronique, on distingue les sarcomères qui sont les unités fonctionnelles du myocyte.
Ceux ci se répètent à l'identique tout le long de la myofibrille.

Ces sarcomères (délimités par deux stries z) sont eux même composés de myofilaments épais et fins disposés longitudinalement qui sont composés respectivement de molécules d'actine et de myosine.

Sous l'effet d'une stimulation adéquate (arrivé de potentiels d'action au niveau de la jonction neuromusculaire) des ions  Ca++ sont libérés dans l'espace intracellulaire. 

L'augmentation de la concentration de calcium intracellulaire provoque des modifications de la structure des molécules d'actine et de myosine ce qui a pour effet de les faire glisser les une entre les autres et de provoquer un raccourcissement de la fibre musculaire.

Chaque fibre musculaire étant fortement innervé par de nombreuses terminaisons neuronales provenant d'un même neurone, qui innerve aussi les fibres voisines, la contraction simultanée de nombreuses fibres adjacentes provoque le raccourcissement du muscle.

 

La contraction musculaire

Dans les myocytes  les filaments fins sont constitués essentiellement d'actine et les filaments épais de myosine.

1) Au niveau de la plaque motrice le potentiel d'action (P.A.) axonique détermine la formation et la propagation d'un potentiel d'action musculaire.

2) le potentiel d'action musculaire provoque la libération d'ions calcium dans le cytosol (ou cytoplasme)

2) Cette augmentation de la concentration des ions calcium dans le cytoplasme entraîne des modifications dans la conformation des molécules d'actine et de myosine qui vont avoir pour conséquences le glissement des myofilaments fins (actine) sur les myofilaments épais (myosine) ce qui va provoquer un raccourcissements de la fibre et donc du muscle (et/ou la création d'une force a l'extrémité de ce dernier).

 

 

Schéma d'un myocyte et des réactions du métabolisme énergétique à l'intérieur de celui - ci

absorplympheimag.jpg (222557 octets)
Muscles et tissus musculaires